35,10,0,50,0
25,600,60,2,2000,3000,20,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,0,0,0,2,46,15,5,2,1,0,20,0,0
automne

Plus que d’un simple article sur le sport auto, je souhaite vous parler d’une belle histoire d’hier et d’aujourd’hui. En rencontrant les Cormier, on retrouve, comme chez les Cadillon, les De Sousa, les Etié et chez bien d’autres, d’abord une solide histoire de famille au sein de laquelle on partage avec gourmandise, entre filles et garçons, entre parents et enfants, une folle appétence pour un objet à la fois commun et extraordinaire, que l’on dénomme auto.

 

H. Cormier, une affaire de famille avant tout

 

Chez les Cormier, on a avant tout le sens de la famille et le lien intergénérationnel passe bien avant la passion automobile qui se transmet de père en fils. Dans ces murs, ni le prestige de la marque commercialisée ni le développement marketing nouvelle génération, ne sauraient faire passer aux oubliettes le fondateur de la concession, Monsieur Hubert Cormier, lui qui par un beau jour de septembre 1972, fut ici le tout premier à allumer la lumière sur des « deutsche Berlines ».

Se souvenant d’où il venait et fort d’une riche expérience acquise chez Opel Général Motors, Hubert avait osé ouvrir un garage « en terre inconnue » pour mettre en pratique ici même sa philosophie et quelques certitudes, proposer à ses clients des services innovants, des prestations différentes de celles des garagistes locaux. Cet « étranger » pas forcément le bienvenu alors, avait dérangé quelques professionnels rochelais plutôt bien installés dans la place.

Avec l’arrivée aux affaires de son fils Jean-Michel en 1977, puis celle de Matthieu, désormais aux manettes de l’entreprise, il est heureux de constater que les valeurs fondatrices de son grand-père Hubert sont toujours de mise et continuent de guider le quotidien de l’ensemble des collaborateurs des concessions H. Cormier.

Fort instructif allait être le délicieux moment passé en cette fin août avec Matthieu, Directeur Général, puis avec Jean-Michel, à la fois Père de famille et Président. Les deux hommes qui se partagent les destinées des 3 concessions m’ont permis de relier étroitement un passé omniprésent à une actualité riche de promesses, tant sur le plan commercial que sportif... Avec les générations montantes de Cormier et le temps qui défile, la famille songe déjà à fêter, dans moins de 2 ans, le cinquantième anniversaire de la belle aventure initiée par Monsieur Hubert Cormier. Il sera temps alors de célébrer un demi-siècle de réussite entrepreneuriale ; 1972-2022.

On comprend ainsi beaucoup mieux toute la force et la dynamique puisées de cet héritage familial, qui, dans les gènes des managers actuels, se traduit par la volonté farouche des Etablissements H.Cormier de perpétuer « le plaisir de conduire ». C’est incontestablement de cette richesse passée si bien entretenue à travers les époques et les crises économiques que découle la notoriété et la bonne santé actuelles des 3 concessions installées dans la zone commerciale de Beaulieu-Est à Puilboreau. Il serait ainsi dommage pour celles et ceux qui en franchissent les portes, de ne pas comprendre qu’ils entrent tout d’abord chez H. Cormier avant de pénétrer à l’intérieur d’une concession BMW, MINI ou BMW Motorrad.

 

L’incursion de Matthieu en rallye...

Sans doute nous faut-il aussi souligner un trait de caractère commun à ces Messieurs, père & fils ; leur modestie associée à beaucoup de discrétion, une modestie affichée. La chose est d’autant plus louable et importante à relever, qu’il serait aisé à chacun de penser qu’être porteur de la célèbre marque allemande vous donne naturellement des ailes. Que nenni ; comme son père, Matthieu veille tout au contraire à demeurer un garçon humble, qui « ne se la pète pas », proche de ses collaborateurs et de son entourage.

Il suffit pour cela de voir combien feutrée fut son immersion dans la sphère régionale du rallye asphalte en 2013, année de ses tous débuts, à l’âge de 31 ans. Pas de « grosse auto », pas d’ambitions démesurées ; il ne venait pas là en terrain conquis pour ridiculiser l’adversité. Ce fut une arrivée toute en douceur, seulement animée du désir de se faire plaisir entre copains et de mettre un peu de l’ADN Cormier dans la compétition.

Pour lui, une « grosse saison » de rallyes se limite alors à 5 ou 6 épreuves ciblées dans un périmètre régional, jamais au-delà, signe d’une passion parfaitement maîtrisée. La BMW 318 Ti compact de l’époque ne laissera d’ailleurs qu’une trace anonyme ; pas le moindre top 30, pas de podium de classe ; mais peu lui importe !... Idem en 2014. Puis en 2015, au volant d’une BMW 120i (classe F2014) et désormais associé à Thomas Petit son copain d’enfance, ils vont décrocher une belle 7ème place aux 12 Travaux, ce qui fera germer en eux quelques belles envies de résultats.

4 nov 2016 – Thomas & Matthieu tout sourire ; ils viennent de satisfaire aux vérifs techniques de l’Automne, leur première participation en VHC – (Cliché Jean-Baptiste Lassaux, SAO)

 

Pour autant, les exigences professionnelles liées au management des concessions le conduisent désormais à limiter ses participations à deux rallyes par saison. Au-delà, cela pourrait être préjudiciable à la bonne marche de l’entreprise. Ce seront donc deux participations en 2016, en 2017 et 2019, après une année blanche en 2018, aidée en cela par les mouvements sociaux des gilets jaunes.

Dans le parcours sportif allégé de Matthieu, les amis vont venir prendre le relai de la famille, l’idée étant que l’on ne mélange pas les affaires et les plaisirs personnels. Et c’est bien entouré de ses amis les plus fidèles (au nombre de 7), qu’il va enquiller les podiums scratchs en VHC, bénéficiant d’une équipe d’assistance performante et dévouée corps et âme.

Transfuge des « modernes », le jeune homme court désormais en « historique », faisant sensiblement baisser la moyenne d’âge des participants (même s’il n’est pas le plus jeune du paddock VH !). Cette mutation précoce est partie d’une rencontre qui se transformera très vite en amitié avec un amoureux de la « Deutsche Mechanicher » (mécanique allemande) et qui a couru lui aussi en VH avant d’arrêter ; l’ami Alain Kieffer.

5 nov 2016 – Tout ira bien jusqu’à l’ES6... et une casse moteur... – (Cliché archives SAO)

 

Pour s’aligner sur l’Automne VHC 2016, Matthieu va louer la BMW 323i E21 d’Alain. Une première qui sera bien mal récompensée, puisqu’une casse moteur dans l’ES6 ruinera tous les espoirs du Team H. Cormier Compétition. Revanchard, Matthieu loue à nouveau la 323 à Alain pour courir l’Automne 2017. Tout va merveilleusement se passer cette fois, Matthieu et Thomas échouant au pied du podium scratch, derrière les « intouchables » du moment ; les deux Bruno locaux, Mainguet et Cadillon, ainsi que Bart Vanhaverbeke, venu de Belgique avec une grosse Mercedes ; combat inégal, s’il en est...

4 nov 2017 – Thomas & Matthieu sur la rampe de départ pour l’étape 2 de cette édition 2017, à l’issue de laquelle, ils signeront une belle 4ème place – (Cliché Jean-Baptiste Lassaux, SAO)

 

Devenu accro, Matthieu va, dès le lendemain du rallye, racheter la voiture à Alain Kieffer, son constructeur, qui a toujours voulu en faire une auto simple, de groupe 1 et homologuée pour rouler sur la route, aux côtés de « Monsieur tout le monde ». Matthieu va rester fidèle à cette conception initiale, se refusant à faire évoluer sa monture. Sa nouvelle 323i E21, finement et sobrement décorée, restera donc une « petite auto » parmi les grosses, à priori condamnée aux places d’honneur.

4 nov 2016 – Thomas & Matthieu à l’œuvre... ou comment nettoyer l’auto à l’aide d’une botte de paille !... - (Cliché Jean-Baptiste Lassaux, SAO)

 

S’autorisant en 2018 une seule escapade l’éloignant du bureau directorial, Matthieu va voir ses plans contrariés par des mouvements sociaux, ceux-là mêmes plongeant le SAO dans le désarroi d’une annulation contrainte de l’épreuve à J-8. On se dit alors que ce ne sera que partie remise pour tout le monde !

En novembre 2019, c’est avec le « couteau entre les dents » qu’il s’engage sur la 20ème édition de l’épreuve rochelaise. Comme lui, l’équipe organisatrice entend bien conjurer le mauvais sort de l’an dernier. Pas de gilets fluos cette fois, hormis ceux des commissaires de route, mais une opposition sportive plus que corsée avec les incontournables Mainguet (Alpine A310) et les Cadillon venus en force avec 3 équipages !... Et nous ne citerons pas tous les prétendants à la victoire. Parmi les 32 VHC et les 7 Classic prêts à en découdre, une avalanche d’abandons va décimer le paddock au fil des km piégeux : Ancelin, Mainguet, Castera, Chauvel, Regnier et le jeune Hayet sont tour à tour out ; il y a désormais de la place pour viser quelque chose, y compris pour ceux qui jusque là n’y songeaient même pas ; encore faut-il tenir...

16 nov 2019 – Le bonheur tout simple mais immense d’un podium scratch sur l’Automne... (Cliché Jean-Jacques Brunet, SAO)

 

Parmi les rescapés, il en restera un, nouveau venu au VH, Maxime Vilmot, sur Ford Escort MK2 (Gr 2) qui se montrera intouchable, s’imposant largement et avec la manière. A 3 minutes derrière, Bruno Cadillon et Matthieu se livrent un duel dantesque pour le gain de la 2ème place. Mais Bruno portera la touche finale, terminant avec 18s d’avance sur Matthieu, qui tient là son tout premier podium scratch !... Le Graal...

18 nov 2019 – Au lendemain de son podium scratch sur l’Automne VHC, la belle trônait fièrement dans le hall de la concession...

 

Il est bien connu que l’appétit vient en mangeant et ce bon résultat va inciter Matthieu, toujours avec Thomas au road-book, à s’offrir une petite escapade en terre girondine sur le Médoc 2019. Là, le duo va récidiver, enchainant un second podium scratch, derrière deux autos aussi puissantes qu’inaccessibles ; la Lancia Delta Intégrale 16V de Johann Hayet et la Ford Sierra RS Cosworth 4x4 de Dominique Castera !... Autant dire deux belles performances engrangées qui vont leur permettre de passer l’hiver bien au chaud, l’esprit tranquille...

Nous voici déjà en 2020, et histoire de prolonger une dynamique positive, notre équipage décide, non pas de passer le BAC, mais de s’aligner aux 11 épreuves du Bordeaux Aquitaine Classic et sur ses 137,100 km chronométrés ; juste de quoi bien démarrer la saison avant les premiers beaux jours. D’entrée, c’est la tuile ; la boîte a perdu 2 de ses rapports. Voilà qui n’est guère simple ni très rigolo à l’heure d’enquiller les ES et les km rapides. Avec seulement la 2 et la 4, Matthieu gère comme il peut, à la fois frustré et contrarié ; adieu les espoirs de bien figurer !

23 février 2020 – Sur cette 3ème boucle du BAC, la 323i de Matthieu & Thomas vole...

 

Les amis de l’assistance vont, en quelques minutes seulement, faire des miracles de bricolage, redonnant à la boîte toutes ses dents. Dans la 3ème boucle, la n° 210 est à l’attaque, lancée à la recherche du temps perdu... La 323i s’envoie s’envole, vole et décolle...

Sur les ES 7 et 8, Matthieu & Thomas améliorent leurs temps de 20s... Il leur faut rester dans le rythme et rouler fort. Et puis, dans l’ES9 survient ce gros dos d’âne qui vous fait vous envoyer en l’air... Gros décollage mais mauvaise réception, pour une figure de patinage qui n’a rien d’artistique ; la berne d’abord, les tonneaux ensuite, la caisse fusillée enfin ! Fort heureusement, les deux amis sont physiquement indemnes, au point de se muer courageusement aussitôt en commissaires de route pour assurer la sécurité de ceux qui, juste derrière, à fond les manettes, arrivent sur la bosse, à 130 km/h et plus !...

Leur BAC vient de s’arrêter là, sans la moindre chance de rattrapage... Si les corps n’ont rien, ce sont les têtes qui vont se laisser gagner par le doute, jusqu’à leur envie de recourir qui les fuit. Il faut avouer que le coup passa si près... C’est à ce moment-là que le soutien familial devient essentiel ; Jean-Michel va s’employer à remettre le fiston sur les rails, à éradiquer le doute et l’appréhension qui se sont légitimement installés. J’irai même jusqu’à dire que la reconstruction de l’auto passera d’abord pour Matthieu par une phase de retour à la sérénité, et ce, grâce au soutien psychologique de son père. Pour la circonstance, Jean-Michel aura sorti cette clef aussi invisible que précieuse qui sait vous réparer un mental un poil cabossé.

Une recherche numérique via les réseaux sociaux, en forme d’appel au secours, afin de trouver au plus vite une caisse de 323... Un SOS vibrant qui va toucher beaucoup de monde... Et c’est depuis Perpignan que Matthieu va entrevoir de la fumée blanche. Là-bas, à l’autre bout de la France, il est une vieille 323i qui sommeille paisiblement depuis des années au fond d’une grange, bien au sec. C’est de là que va venir le salut...

Eté 2020 - La nouvelle caisse bichonnée et repeinte reçoit ses premiers organes... (Cliché Matthieu Cormier)

 

Une fois rapatriée, la « mémère endormie » va se faire éviscérer, seule sa caisse intacte et en parfait état, étant destinée à se faire greffer les entrailles mécaniques extraites de la n° 210 accidentée. Avec deux autos inutilisables, Matthieu et ses amis du « Team H. Cormier Compétition » vont en faire une seule, qui, toute en élégance et en authenticité, est aujourd’hui appelée à rouler et à performer rapidement. On a hâte de savoir si le greffon va bien prendre et tenir...

Accident le 23 février en Gironde, arrivée de la caisse perpignanaise dans la semaine qui suit ; les amis désossent les 2 autos durant la première quinzaine de mars... jusqu’au jour où le confinement soudain fige tout, stoppant même toute activité professionnelle. Comme la quasi totalité des entreprises, H. Cormier baisse le rideau, ses collaborateurs devant tous rester à la maison, mais pour combien de temps ?

Les copains du team, qui sont les seuls impliqués dans la reconstruction du dinosaure du siècle dernier, sont soudainement privés de certaines compétences de leur entourage. Seule la Direction H. Cormier ayant accès à ses locaux, Matthieu, sans l’âme véritable d’un mécanicien averti, va se mettre à bricoler sur les épaves, partant à la découverte des entrailles éparpillées, désormais abandonnées.

Mais comme le jeune homme passionné apprend vite, il va durant les mois qui suivent (jusqu’au 11 mai très exactement), remonter presque entièrement la 323, tout seul !... Ne restent alors à soigner que les organes vitaux de la berline, inertes depuis la SRSG, à savoir le moteur et la boîte. Avec le déconfinement annoncé, le chantier va d’un coup retrouver son groupe et ses amis, un groupe qui va se voir renforcé de mécaniciens rompus aux subtilités de la compétition auto et de la réglementation VHC : Claude & Bruno Cadillon vont mettre les mains et tout leur talent dans le moteur allemand démembré, encore posé au sol. De son côté, Samuel Bézinaud se portera au chevet de la boîte et en bichonnera les pignons.

Une fois encore, le sport auto trop souvent qualifié de discipline individuelle, va se nourrir d’une riche et amicale entraide collective et de savoir-faire partagés. En ce mois d’août 2020, les derniers serrages de boulons viennent de siffler la fin de la reconstruction. La déco, ultime tendresse portée sur les flancs du nouveau-né de sexe féminin, baptisé « Alpina », est reproduite à l’identique, jusque dans son élégance et sa sobriété. On n’attend plus que les premiers cris de l’enfant, ses crissements de pneus...

En septembre 2015, Matthieu & Thomas avaient découvert les merveilleuses mais toutes aussi redoutables routes du Gard

 

Disposant du PTH de sa demi-sœur ou sœur jumelle (c’est selon), Matthieu et Thomas sont à nouveau fin prêts, en toute humilité, à se lancer des défis mesurés sur l’asphalte. Les 5 et 6 septembre prochains, la belle auto immaculée arpentera les routes du Gard. Pour la circonstance, le 6ème Rallye National Cigalois empruntera quelques portions sélectives du Critérium des Cévennes, un terrain idéalement redoutable pour l’auto millésimée 1982, comme son pilote (ce n’est pas là un hasard !), de prouver sa fiabilité. Matthieu et Thomas y retrouveront un terrain qu’ils connaissent déjà bien pour y être allés, en 2015, mais « en moderne », avec une BMW 120i.

Outre une reprise en mains de l’auto, Matthieu y voit l’occasion de remercier tous ceux qui, autour de lui, se sont généreusement donnés avec passion, talent et enthousiasme à ces « fouilles archéologiques », offrant aujourd’hui à la 323i une seconde vie. Dans la confidence, Matthieu m’avouera aussi guetter l’ouverture des engagements pour le 21ème Charente-Maritime Historic de La Rochelle, la version VHC du Rallye d’Automne 2020, peu enclin qu’il est à se retrouver sur liste d’attente...

 

H. Cormier labellisé « BMW Classic » !

Mêlant business et voitures anciennes, Matthieu n’est pas peu fier de nous faire partager une information à la fois très importante et toute récente pour sa concession. Sans l’avoir sollicité, BMW France et BMW Gmbh Allemagne, après s’être livrés sur le réseau français à des audits internes portant sur la réparation des modèles anciens de la marque, viennent de décerner un label à seulement 3 des 180 points de vente BMW de l’hexagone ; le label « BMW Classic » !... Autant dire un label de haute qualité particulièrement difficile à décrocher !

Avec celles de Paris et de Tours, la concession familiale rochelaise se voit ainsi récompensée pour son expertise, mais aussi pour la richesse de son histoire. Ainsi valorisés, les Etablissements H. Cormier sont désormais agréés, tant pour la qualité de la main d’œuvre que pour les approvisionnements en pièces détachées, à restaurer les plus anciens modèles de la marque, qu’il s’agisse de voitures de tourisme appartenant à des particuliers et collectionneurs, ou d’autos en configuration course.

 

Matthieu Cormier VRP ; homme d’affaire, pilote... et partenaire du SAO

Comme on le voit, Matthieu a plusieurs cordes à son arc. Quand il ne dirige pas les concessions BMW et MINI, il s’évade avec parcimonie pour faire prendre l’air à sa 323i en s’alignant à quelques rallyes. Et comme pour mieux conjuguer ses fonctions d’homme d’affaires avec ses loisirs, il a fait le choix, depuis la saison 2018, d’être partenaire de l’ASA Sport Automobile Océan. Outre une participation financière, les Etablissements H. Cormier mettent à la disposition de l’équipe organisatrice du Rallye d’Automne une flotte de 8 véhicules MINI. Outre son souci de mettre en lumière les couleurs de son entreprise y compris jusque sur le terrain sportif, Matthieu ne sait s’investir que lorsque de solides liens d’amitié s’installent entre hommes...

En une bonne heure de bavardage, Matthieu venait de revisiter pour nous les presque 50 années de son histoire familiale assortie de passion automobile, de philosophie managériale héritée de grand-père Hubert, de son sens aigu de l’amitié, de l’importance de son Team, de son goût immodéré pour la vitesse, évoquant au passage ses émotions de podiums comme sa rude sortie de route girondine, jusqu’à nous faire partager sa fierté de dirigeant labellisé « BMW Classic ».

La BMW 323i E-21 de 1982 a été totalement reconstruite en ce début 2020.  (Cliché Victor Sellier, Service Marketing H. Cormier)

 

Il est si bon parfois de parler de tout à bâtons rompus, de sembler vouloir tout mélanger tout en veillant scrupuleusement à laisser chaque chose bien à sa place ; le job d’un côté, ce qui relève du perso de l’autre... Si son histoire, si leur histoire commune est loin d’être terminée, Jean-Michel, la famille, les collaborateurs, les amis du Team et Hubert Cormier sont bien là, qui veillent sur le respect des valeurs si chères à H. Cormier tout en se faisant, quelques weekends seulement par an, les premiers supporters du fiston casqué et ganté qui court pour la marque historique et familiale...

27 août 2020 - Matthieu a tenu à immortaliser notre rencontre, riche d’intenses échanges sur le passé, sur l'actualité, mais aussi sur l'avenir... (Cliché Victor Sellier, Service Marketing H. Cormier)

 

Avant de se quitter, il ne nous restait plus qu’à aller saluer la vieille dame fraîchement liftée, portant majestueusement et avec élégance ses 38 années de roulage. Stationnée devant la concession, elle ne demandait qu’à se faire admirer. Sur l’insistance de Matthieu, quelques photos inaugurales de l’auto et de notre sympathique rencontre tombaient dans l’objectif de Victor, Chargé de projet Marketing. Immense merci, Messieurs !

                                                                                                                                                   Patrick GUERIN – vendredi 28 août 2020

Contacts Informations

Sport Auto Ocean.
1, rue Gaspard Monge
17000 La Rochelle
Tel: 05.46. 44. 23. 23