35,10,0,50,0
25,600,60,2,2000,3000,20,800
90,150,1,50,12,30,50,1,70,12,1,50,1,1,1,5000
0,0,0,0,2,46,15,5,2,1,0,20,0,0
automne

 

Statistiques et remerciements (09 nov.) : Après l'annulation de l'an dernier, la plupart des équipages engagés nous avaient promis de revenir cette année. Nombreux sont ceux qui auront tenu parole : En modernes, 60 des 133 équipages étaient engagés en 2018, mais aussi 22 des 39 VHC et 10 des 17 VHRS ! C'est l'occasion pour nous de les remercier chaleureusement de leur fidélité à notre épreuve et à notre organisation !... Les listes d'engagés 2019 sont maintenant en ligne !...

Mathias sur une C3 R5 !... (07 nov.) : Une petite fumée blanche observée depuis Bords nous donne des précisions sur la monture que se prépare Mathias De SOUSA... Il devrait louer à PH Sport (à Langres) une Citroën C3 R5, qui une fois rendue sur place se verra confiée aux bons soins de Fun Méca Sport. Inutile de dire que Mathias et Marie CORBINEAU viendront sur cet Automne 2019 avec quelques belles intentions. Face à l'adversité, ça promet !... Du grand spectacle en perspective...

Mise à jour (05 nov.) : Cerise sur le gâteau pour notre épreuve avec le dénouement du Championnat de France des Rallyes de 2ème Division qui se jouera sur les routes de l'Automne !... Engagement confirmé des deux pilotes qui se battent pour le titre et qui ne sont aujourd'hui séparés que de 10 points, suite aux résultats du Rallye de l'Indre. Stéphane PUSTELNIK (sur Ds3 WRC) et Eddy LEMAITRE (sur Skoda Fabia R5) seront bien là !!!  Avec Nico HERNANDEZ, 3ème du classement à 35 points d'Eddy, on aura donc les 3 premiers du Championnat 2019 au départ !... A l'issue de l'épreuve rochelaise, on connaitra le nom du Champion de France 2019 !... Non, vous ne rêvez pas... et encore moins si l'on ajoute à excellente nouvelle l'engagement in-extremis de Jean-Marie CUOQ sur Citroën Xsara WRC et de Xavier LEMONNIER (sur Ds3 R5) !!!. Nous allons donc vivre une édition de folie avec un enjeu colossal pour les meilleurs. Il ne nous manque plus que la liste officielle des engagés... certainement publiée vendredi 8 nov en matinée...

En attente de confirmation, l'engagement de Jean-Marie CUOQ avec sa Xsara WRC ferait suite à celui de Stéphane PUSTELNIK...

 

Modernes : Une pléiade de favoris et une formidable « lutte des classes »

Il y a 8 jours, nous qualifions la liste alors très provisoire des engagés de prometteuse ; aujourd’hui, elle nous régale et nous comble !... Et le premier d’entre nous tous à être ravi d’une situation aussi favorable mais jusque là inespérée, est bien Jérôme PIQUENOT, notre Président. Car OUI, l’Automne 2019 se jouera à guichets fermés !... Comme quoi, il n’y a pas qu’à Deflandre que l’on peut afficher complet. Timing ultra serré oblige, la butée était fixée à 185 voitures sur l’ensemble des 4 épreuves (Modernes, VHC, VHRS et ENRS). Ce cap est déjà atteint, alors que la clôture des engagements n’interviendra qu’au soir de ce 4 novembre.

C'était en octobre 2014. Le SAO avait eu l'honneur et le bonheur d'organiser la finale de Coupe de France des Rallyes. Sur le Port des Minimes, Bruno LONGEPE s'était imposé. Cette fois, ce n'est pas Marie qui navigera à ses côtés, mais Ronan CHOUCROUN

 

C’est donc sur liste d’attente que sont enregistrés les dossiers depuis le 31 octobre au soir. Et on a tout lieu de penser que le vendredi 15, sur les coups de 17h00, ce seront au moins 175 voitures qui s’élanceront depuis l’Esplanade Eric Tabarly (près du Bassin des Chalutiers), ceci en n’ignorant pas la probable petite dizaine de forfaits de dernière minute. En modernes, ils sont déjà 125 équipages recensés.

Le paradoxe est que si les engagements ont afflué en masse, plusieurs « pointures » que l’on attendait ne seront pas là ! Au premier rang des grands absents, citons Jérôme GALPIN (déjà 4 fois vainqueur ici) et Tony COSSON (Porsche 997 GP). En revanche, Pierre ROCHÉ (Skoda Fabia R5 Evo) et Bruno LONGÉPÉ (1er de la Finale 2014) sur Skoda Fabia seront eux bien présents. Mais attention, la liste n'est pas clôturée à cette heure !...

RA 2005 -  On était le 15 octobre 2005 et l'Automne célébrait sa 50ème édition !... 14 ans plus tard, Pierre & Martine ROCHE reviennent sur les "lieux du crime"... mais cette fois armés d'une Skoda Fabia R5 Evo. - (image d'archives SAO)

 

Ainsi, avec Bertrand PIERRAT (2009) sur Porsche 997 GT3, qui sera navigué par Aurélia CHEVALIER, Eric BRUNSON (2015) au volant d’une Ford Fiesta WRC (A8/W) et Nico HERNANDEZ (Skoda Fabia), lauréat en 2017, nous n’aurons pas moins de 7 anciens vainqueurs de l’Automne au départ !... Et ces 7 là ne seront pas les seuls en droit de rêver à la victoire finale.

RA 2015 - A nouveau présent, Mickael FAUCHER retrouvera les routes (certainement humides de l'Automne, mais aussi le coeur de Surgères, Place de l'Europe cette fois... - (cliché Rudy Méreau)

 

6 devrait être le nombre de Skoda Fabia sur la rampe de départ le vendredi soir, avec celles de Mickaël FAUCHER et de Denis MILLET, ce dernier étant copiloté par une Manon VERGER qui connait le terrain de jeu les yeux fermés. Toujours en R5, il faudra compter sur Yann CLAIRAY et Sam TAVENEAU, tous deux sur Citroën C3. Enfin, citons le retour de « l’enfant du pays », Mathias de SOUSA (Citroën DS3), toujours « Au Four et au Moulin », mais qui pour la quatrième fois seulement de la saison aura lâché le pétrin et son commerce de Bords. A noter que lors de ses 3 sorties 2019, Mathias a réalisé 3 podiums scratchs !... Cette fois encore, il pourrait bien nous surprendre... car cet acharné du boulot n’aura pas fermé la boutique pour venir faire une 20ème place au scratch...

RA 2017 - Lors de la dernière édition Mathias De SOUSA  était au volant d'une Clio Sport. Il sera à nouveau présent, mais autrement mieux armé, en disposant d'une Citroën DS3... Il nous prouvera à nouveau que son talent reste intact - (cliché Jean-Jacques Brunet)

 

Fidèle de l’Automne ces dernières années, le breton Thierry KERVENO (BMW M3, A8) est également à citer au nombre des outsiders... Il y aura aussi du beau monde en R3 (où ils seront au moins 10 à en découdre), avec Thierry LANDAIS, Thierry BOISDRON ou encore le local Romuald LEZEAU, tous sur Clio R3. N’oublions pas non plus Romain MOULON, sur sa Citroën DS3 Max. Les 8 équipages de la classe R2 nous offriront également une belle bagarre, avec le « SAOiste » venu d’Indre & Loire, Nicolas FOULON, qui devra se frotter à Jean-Sébastien VIGION (sur Renault Twingo), dont la présence honorera notre épreuve.

RA 2016 - Lorsque Romuald LEZEAU ne vend pas des voitures, il "les astique à la paille". Il sera de nouveau présent avec Vincent REAULT, au volant de sa Clio R3 - (image d'archives SAO)

 

Traditionnellement, la classe F2/14 offre un incroyable spectacle et nous propose de nombreux rebondissements. Et ils ne seront pas moins de 18 à s’entredéchirer avec l’espoir de grimper sur la boite de la classe ou du groupe !... Pour donner la réplique à Laurent CORBINEAU (Clio RS), à Philippe RAGEAU (Mégane Maxi) et à Sylvain TOTOUYOUTTE (BMW 318 Compact), on espérait la présence du local de l’étape, Samuel BEZINAUD. Eh bien Samuel sera bien là, en famille avec Thomas, pour retrouver des routes qu’il affectionne. Il s’en sera fallu de peu, car Samuel vient tout juste de serrer les derniers boulons de la 318 Compact encore convalescente. En espérant que sa BMW aura retrouvé toute sa fiabilité et sa motricité, on se prend à rêver d’un nouveau coup de force de sa part, lui qui nous avait enthousiasmé en 2014, lors de la Finale rochelaise, avec une 3ème place au scratch !... Mais depuis, 5 années ont passé...

RA 2017 - Au jeu de "on prend les mêmes et on recommence", je voudrais Samuel... Eh bien il sera là, avec Thomas, mais avec une auto qui manquera peut-être de km et de réglages... - (cliché Rudy Méreau)

 

Autre belle empoignade promise en F2/13 avec plus de 11 prétendants déclarés. Au titre de favoris de la classe, nous citerons Lionel MESNAGER, sur Saxo VTS (3ème du scratch en 2016 !), Thibault MULON (Peugeot 206 XS) ou encore les frangins DELON, Thomas et Benoit, sur leur habituelle 205 GTI, même si ces derniers devraient évoluer un ton en dessous.

Aux côtés de Mathias et de Samuel, nos pilotes locaux et régionaux compteront sur leur parfaite connaissance du terrain pour espérer décrocher quelque chose. Ainsi, le Team ERS17 de la famille ETIÉ (voir ci-contre l’article qui lui est consacré) sera là, mais en forces quelque peu dispersées, puisque seul Michael, avec le fidèle Anthony AVRILLEAUD à ses côtés, sera dans la course, au volant de sa verte et indestructible Simca Rallye III de 1973. Rappelons que la 306 XSI de Laurent est actuellement en réparation, quant à Mathieu, il est occupé à construire sa future Peugeot 208 (F2013) pour mieux revenir en 2020. Sûr que cette année Michael ne manquera pas de bras ni de compétences pour son assistance automnale...

RA 2017 - Il décline le sport auto avec autant de talent que la voile... Luc GELLUSSEAU, associé à son fiston Antoine, nous fera admirer sa magnifique Porsche Cayman S prpéparée chez A.R.Sport à Aytré - (image d'archives SAO)

 

Notre plaisir sera total avec la présence remarquée d’autres très belles autos, telles la Porsche Cayman S de Luc & Antoine GELLUSSEAU (GT/10), la Mitsu Lancer Evo VIII d’Antonin BONNARD (FA/8), la Lotus Exige Cup 260 (GT/10) de Jean-Michel LECLERC, la Porsche 997 d’Alain COLIN (GT+/15) ou encore la Subaru Impreza WRX de Daniel PEDENEAU (A/8).

Côté chiffres, on notera que 30 filles seront sanglées dans le baquet de droite, pour la lecture des notes et du road-book. Un équipage 100% féminin sera au départ avec Julie BESSON & Maeva PERRINAUD, sur Clio Ragnotti. La Belgique (par Danielle & Michel WILDERS) et le Luxembourg (par Julien PAILLER) donneront un caractère quelque peu européen à notre épreuve nationale. Enfin, 25 départements seront représentés. Portant les couleurs du Sport Automobile Océan, 20 pilotes et 11 copilotes tenteront de bien figurer sur leurs terres.

RA 2016 - Non, ce n'est pas une histoire belge, une fois... Mais le retour de Michel & Danielle WILDERS apportera une touche d'Union Européenne à la course. Leur Honda Civic Type R défendra les couleurs de la Belgique - (icliché rallye-sport - Gérard Simenel)

 

VHC : Forte poussée des « p’tits nouveaux » et des favoris déclarés

Côté VHC, parmi les 39 équipages déjà inscrits (dont 5 courront dans la catégorie Classic), on notera, à la fois avec surprise et grand bonheur, l’arrivée d’une forte vague de nouveaux pratiquants. Ils seront ainsi 11 équipages à s’aligner pour la toute première fois sur notre Automne Historique ! Kevin ARDOUIN (205 GTI), Olivier BARRET (Porsche 2.5 ST), Jordan CADILLON, fils et petit-fils de qui vous savez, sur 205 GTI, Samuel CHARRON (Ford Sierra XR4 i), Benoit CHAVET (Lancia Rally), Jean-François BARRE (Fiat 124 Coupé Sport), Michel COUTEAU (BMW 323 i), Denis GANNAY (Triumph Dolomite Sprint), (Eric JUBERT (Ford Sierra Cosworth 4x4), Dimitri PIVERT (Toyota Corolla AE 86) et Christian SAFFIER de BARD (Audi 80 GTE) effectueront tous leurs premiers tours de roues sur l’épreuve rochelaise. De quel plus beau cadeau d’anniversaire pouvait rêver cette déclinaison VHC qui célèbre ses 20 ans ?!

Printemps de Bords 2017 - La "bombe allemande", code M3, se fait plutôt rare, mais fort heureusement, Philippe ANCELIN revient sur ses terres avec "l'arme fatale" pour tenter un truc face aux 3 Sierra Cosworth 4x4 qu'il devra affronter... - (cliché Patrick Guérin)

 

Pour autant, c’est davantage du côté des « vieux guerriers » (qui peuvent toutefois avoir les traits de jeunes garçons !) que l’on cherchera les prétendants à la victoire, étant précisé que deux générations d’autos se feront face comme souvent désormais. De ce duel intergénérationnel, les « AJ1 et AJ2 » (autos de 1990 et après) disposeront de puissance et d’options techniques qui pourraient bien mettre au supplice leurs homologues historiques autrement plus âgées.

Il ne faudra pas se tromper !... Avec 2 pilotes dénommés CASTERA, Dominique d'un côté et David de l'autre, au volant de 2 Ford Sierra Cosworth 4x4, nous aurons 2 candidats déclarés à la victoire, même si la menace de la BMW M3 de Philippe ANCELIN sera réelle. Mais on est en droit de penser que Philippe, auteur d’un podium en 2008, se montrera moins fougueux que par le passé, au volant d’une « machine super puissante » et délicate à maitriser. A cette liste d’habitués, nous ajouterons le « bizuth » Eric JUBERT, dont on ne connait pas le potentiel exact, mais qui aura la bonne mécanique pour rivaliser.

RA-VHC 2017 - Pas toujours épargné par la malchance, Pierrick CHAUVEL revient avec sa Porsche 911 pour prendre une revanche sur le mauvais sort automnal - (cliché Jean-Jacques Brunet)

 

Face à ces « jeunes montures », les belles et robustes anciennes feront à coup sûr de la résistance. Et à ce petit jeu, le duel qui s’annonce entre Pierrick CHAUVEL (Porsche 911 SC) et Bruno MAINGUET (Alpine A310 V6) pourrait bien prendre des allures de combat des chefs. Rappelons que le « Pirate » au V6 tout jaune est le tenant du titre et qu’à ce titre, il voudra, avec l’aide du fidèle James CARABEAU, rester maitre chez lui.

Evoquer les équipages CADILLON, c'est d'abord parler de la famille, avant d'évoquer la mécanique. Trois générations seront cette année dans l'épreuve VHC, une première !  Mais "Papy Claude" fera encore de la résistance face aux gamins - (cliché Patrick Guérin)

 

En arbitres impartiaux mais prêts à s’engouffrer dans la moindre brèche, on citera Geoffrey DESMEREAU (Ford Capri 2600 RS) et les fidèles Patrick & Clément CALVET sur leur magnifique Ford ESCORT RS 2000 toute bleue. Il nous est difficile de situer les ambitions réelles de la grande famille CADILLON qui avec 3 autos au départ et 3 générations dans la course, pourraient bien, au-delà de la seule suprématie familiale, jeter le trouble dans l’ordre établi et créer la sensation. On se souvient du podium scratch de Bruno en 2017, surprenant 3ème, à la barbe des favoris...

RA-VHC 2016 - En 2016, cette Ford Capri 2600 RS avait fait forte impression, aux mains de Renaud. Cette fois, c'est le frangin Geoffrey qui s'y colle, avec Jordan BERTON, pour notre plus grand bonheur - (cliché Jean-Baptiste Lassaux)

 

Saluons aussi les retours d’amateurs de voitures authentiques, tel Michaël BRICOU sur BMW 200L Ti, qui, tout comme Claude CADILLON (vainqueur ici même en 2013), nous fera admirer une belle et rustique BMW. Chez les Classic, on notera, là aussi avec bonheur, la présence d’autos aussi élégantes que rares ; la Triumph Dolomite Sprint de Denis GANNAY (pilote que l’on avait vu en 2016 en Régularité, du côté de Châtelaillon-Plage, mais au volant d’une autre Triumph), ou encore les 4 Lancia engagées ; les 3 Lancia Delta de Michel et Johann HAYET et de Jacques SUIRE, ainsi que la Lancia Rally de Benoit CHAVET.

Printemps de Bords VHC 2019 - Dans la famille HAYET, je voudrais le neveu"... Eh bien Johann sera là, avec à ses basques tonton Michel, ou quand 2 Lancia Delta Intégrale vont nous régaler... Merci, Messieurs ! - (extrait vidéo COR)

 

Pour les férus de chiffres : Pas de femmes pilotes, mais 13 féminines seront en charge de la navigation. 7 Comités Régionaux ainsi que 14 départements seront représentés. Enfin, sous les couleurs SAO, nous retrouverons 14 pilotes et 11 copilotes prêts à en découdre avec des vues non dissimulées sur les classements annexes, mais avant tout présents pour prendre du plaisir dans leur vaste « jardin » qui ira de La Rochelle jusqu’à Genouillé...

Critérium des Cévennes - Finale de Coupe VHC 2019 - Vous ne verrez pas l'héroïne revenue de Montpellier fin octobre, avec le titre dans son coffre, mais les rochelais Jean-Philippe LE CAM & Sébastien SULLAM seront bien là, pour nous faire partager leur immense joie de Vainqueurs de la Coupe de France des Rallyes VHC 2019 !... - (cliché RSM Photographie)

 

Nous terminerons cette revue d’effectifs par 2 « coups de cœur ». Tout juste rentrés des Cévennes où se courrait les 25 et 26 octobre la Finale de Coupe de France des Rallyes VHC 2019, Jean-Philippe LE CAM et Sébastien SULLAM, tout auréolés de leur titre de vainqueurs de la Coupe [immense bravo, Messieurs !...] et à peine redescendus de leur nuage, reviendront aux affaires en s’alignant sur le « rallye de chez eux », mais avec une autre monture. L’Opel Kadett, encore toute chaude de son combat héroïque et victorieux dans l’Hérault, goûtera pour sa part un repos bien mérité.

15 jours après avoir marché sur le toit de l'hexagone VHC, Jean-Phil & Séb nous reviennent des Cévènnes titrés et drapés de bleu-blanc-rouge. ils courront  non pas avec un "mulet", mais avec leur Manta B-GTE (de 1977) - (image d'archives SAO)

 

Aussi Jean-Phil & Seb ressortiront-ils leur Opel Manta B-GTE, millésimée 1977, pour s’offrir une balade musclée mais dénuée d’enjeux, et pour prolonger un peu plus la douce saveur sucrée de leur titre. Ils seront là sans pression aucune, pour s’amuser sur un asphalte qui leur est si familier. A n’en pas douter, leur objectif sera ici fort simple ; celui de finir afin de participer à la fête à Surgères le samedi soir, vers 22 heures ; un bonheur si simple pour des champions...

Déjà venu sur nos épreuves en 2015 et 2016 mais en Régularité Historique, Denis GANNAY nous revient en VHC, toujours sur Triumph, mais cette fois au volant (à droite !) de cette magnifique Dolomite Sprint  - (photo source Denis Gannay)

 

Enfin, j’adresserai un clin d’œil très personnel à la belle « deutsche Auto » orange qui va prendre le départ de son tout premier rallye, l’Audi 80 GTE (de 1976) de Christian SAFFIER de BARD. C’est là l’aboutissement de plusieurs années de passion et de travail, car la voiture a été entièrement reconstruite par l’ami Christian, du côté d’Angoulême. Navigué par son grand fiston Rodolphe, le pilote retraité reviendra sur La Rochelle en pèlerinage, lui qui avait couru son dernier Automne (en moderne) en 1979. Il tenait à être là, pile-poil 40 ans après, histoire de boucler la boucle et de s’offrir de nouveaux frissons...

40 ans après son dernier Automne (en moderne), Christian SAFFIER de BARD a l'âme et l'excitation d'un junior à l'heure de repiquer en VHC. Les recos déjà faites (sous la pluie et dans les flaques d'eau), il s'est empressé de sticker sa rutilante Audi 80 GTE. La voici désormais baptisée aux couleurs de l'Automne, pour sa toute première sortie en rallye !... - (cliché Christian Saffier de Bard)

 

Ce roulage automnal aura également pour objectif de tester la fiabilité d’une auto qui a besoin de s’endurcir, elle qui à ce jour n’a parcouru que quelques tours de circuit aux Remparts. Nous leur souhaitons la bienvenue, mais aussi de trouver sur nos routes jonchées de feuilles mortes, ce petit brin de réussite qui leur permettra, je l’espère, d’être eux aussi à Surgères, après avoir surmonté la rudesse des 132,270 km chronométrés. Dur dur pour une première !...

Nous évoquerons ultérieurement ici même les déclinaisons en « Régularité Sportive » de l’Automne... En attendant, chantons sous la pluie !...

                                                                                                              Patrick GUERIN – SAO – lundi 4 nov 2019 (actualisé le 5 nov)

Reportage intime, fruit de mon immersion au sein de la famille ETIE en octobre 2019, à la découverte de l'histoire du Team ERS17 et d'une passion intergénérationnelle largement partagée depuis un demi-siècle (1969 - 2019). Lecture à ne pas rater !...  P. Guérin

Ils courent en vert et contre tous depuis 50 ans, en une parfaite solidarité

De génération en génération, s’ils courent tous contre le chrono, ils le font avec classe et passion, affichant discrétion et humilité, évoluant toujours groupés et solidaires, ferraillant en véritables mousquetaires. Certains voient en eux d’irréductibles gaulois avec un sacré sens de la famille !... Si entre eux ils ne font qu’un, ils ne connaissent qu’une seule ASA, le Sport Automobile Océan.

24 octobre 2019 - Devant l'atelier de Bellecroix, la Famille ERS17 presque au complet. Seule manque Maman Annie, restée à la maison pour s'occuper du petit dernier des Etié... - (cliché Patrick Guérin)

 

Nous connaissons tous le vert anglais, le vert bouteille, le vert pomme ou encore le vert menthe. Il y a aussi, au cœur de nombreux parcs fermés, le « vert Cadillon » qui fait fureur depuis des décennies. A cette liste colorée fort incomplète, il nous faut ajouter le « vert ETIÉ », un vert maison, labellisé « vert ERS17 ».

Ces « petits hommes verts » aux chasubles rouges ne sont ni des envahisseurs, ni des créatures venues d’ailleurs, juste une fratrie bien de chez nous habituée à s’aligner à 3 équipages sur nos rallyes régionaux et nationaux. « Tombés dedans » tous petits (merci Papa !), ils ont déjà vu leur incroyable persévérance récompensée par des « qualifs » pour des Finales de Coupe de France, avec les frissons et parfois les longs déplacements qui vont avec.

RA 1977 - Bien avant les fils, il y a eu le père... En 1977, Norbert Etié et Jean-Pierre MARTINET, sur leur Simca Rallye II sont ici au départ de l'ES de St-Froult. Dans 4 secondes...   Souvenirs, souvenirs...  - (image d'archive SAO)

 

RA 1992 - L'année où l'Automne aura été en doublure de la 3ème Finale de Coupe de France des Rallyes Nationaux. Déjà en rouge, Laurent est présent avec sa Simca Rallye III (F13) et Tony DUPIN à la navigation. Ici avec leur quipe d'assistance (au Parc des Expositions). Leur rallye s'arrêtera brusquement, sur SRSG dans l'ES 6 de Cabariot-Lussant - (image d'archive SAO)

 

RA 1994 - Cherchez l'erreur !... L'auto n'est pas verte et Michael sera copilote cette année là, aux côté d'Hervé BOURAND, sur une Simca Rallye II. A cette époque le parc fermé de départ était déjà ancré au pied de la Tour de la Lanterne. Ils seront contraints à l'abandon, sur ennuis mécaniques, lors de l'ES8 "Aigrefeuille-Virson" - (image d'archive SAO)

 

Le tout premier serrage de boulon, la toute première tâche de cambouis resteront l’œuvre de papa Norbert, d’un paternel amateur de sensations fortes et de vitesse, aux mains si agiles, qui très tôt bercera ses rejetons aux doux ronronnements d’un 4 cylindres de Simca Rallye 2 et de 1100. Norbert aura couru dès 1969, avant même d’être papa, se testant tout d’abord, à 21 ans à peine, sur les routes du Rallye de l’Océan, au volant d’une Rallye 2. Son parcours auto qui aura commencé là s’achèvera 20 piges plus tard sur l’Automne 90, sous les couleurs du SAO, par un abandon tristounet partagé avec son fiston Laurent assis à sa droite. Leur Talbot Rallye 3 les avait soudainement trahis entre l’ES6 et la 7 ; une sortie plutôt ratée pour papa Norbert.

RA 2003 - L'équipage Michael ETIE - Anthony AVRILLAUD est au départ du 48ème Rallye d'Automne., avec la Rallye III. Ils ne disputeront malheureusement que 3 ES, la petite auto verte ayant connu des ennuis mécaniques - (image d'archive SAO)

 

RA 2005 - La Rallye II vaisseau de l'espace !... Michael et Anthony sont en gravitation, en apesanteur totale... Plaisirs et vitesses sont au maximum, sous les yeux d'un public ravi - (image d'archive SAO)

 

Reprenant le manche, les garçons allaient à leur tour devenir accros à la « bagnole » et à l’asphalte. Appliqués à faire leurs gammes tantôt en courses de côtes, tantôt en rallyes, au volant de petites autos souvent « bricolées maison », ils allaient par choix, mais aussi en raison de contraintes financières, rester longtemps fidèles à leurs « caisses » d’origine. Le plus rustique d’entre eux est assurément Michael qui reste aujourd’hui encore viscéralement lié à sa Simca Rallye 3 (F2000/12) de 1973.

RA 2006 - Laurent Etié et Nicolas BRUGIER, sur Peugeot 306 XSI (F2014), en pleine spéciale. Le temps pour Nicolas, entre la lecture de 2 notes, de saluer les copains !... Ils termineront 68èmes du scratch et 12èmes de classe - (image d'archive SAO)

 

Si souvent présents et à la fois si discrets, les garçons sont des taiseux, jusqu’à se montrer timides même. Seul Mathieu, le benjamin de la bande, a « de la goule » et sait évoquer avec autant de malice que d’émotion le parcours sportif de sa grande famille. Il est celui qui porte la communication du Team, sur le terrain comme jusque sur les réseaux sociaux, et grâce à lui ERS17 tisse sa toile, bien au-delà de Dompierre-sur-Mer.

RA 2006 - Etre au départ de l'Automne jusqu'en 2014, c'était aussi passer par les incontournables interviews de Christian MACQUIGNAUD... Franck MERCIER et Mathieu s'y prêtent volontiers au départ de cette 51ème édition - (image d'archive SAO)

 

Si d’ordinaire on voit assez peu les hommes, ce sont bien leurs autos en revanche qui se font remarquer. Leur vert immaculé attire le regard, suscite à la fois curiosité et nostalgie de la part de tous ceux, jeunes et moins jeunes, qui chérissent les petits bolides d’hier. Car chez ERS17 (Etié Rallye Sport 17), c’est le vert maison qui teinte l’atmosphère. Oh pas n’importe quel vert !... un vert spécial, identitaire, qui ne demanderait qu’à être breveté. Mais ne vous amusez surtout pas à le copier ; ils en seraient verts de rage !

RA 2006 - Si les années se suivent, la réussite n'est pas toujours au rendez-vous... L'histoire d'ERS17 a aussi parfois été émaillée de tristes moments... "Ah ben comme ça, elle va forcément rouler moins bien !".  Voilà du boulot pour Papa Norbert... (archives SAO)

   

    RA 2005 - Michael & Anthony sur le podium F2012                            RA 2007 - Mathieu & Franck sur le podium F2013

Mais quand "ça veut bien rigoler", les Automnes d'ERS17 peuvent aussi se terminer par une montée des marches... Un exercice que semblent particulièrement apprécier nos équipages... C'est drôle, même là, Ils ont l'air d'être tout vert !" - (images d'archives SAO)

 

RA 2007 - Le menuisier Laurent semble être bien plus à l'aise avec le bois qu'il travaille en semaine que sur celui de "la boite" de l'Automne. Il est ici aux côtés de Mario CANTET, sur le podium F2014 - (image d'archive SAO)

 

Ce joli vert clair est l’héritier direct de la toute première « mob » de Laurent & Michael, une Peugeot 103 peinte et repeinte par les deux ados. Quelques années après, leurs autos reprendront très naturellement la teinte historique du deux roues de leur prime jeunesse, sorte de clin d’œil à leurs virées pétaradantes de gamins turbulents. Bien plus tard, Laurent se démarquera de ses frangins, préférant au « vertétié » le rouge de « Flash McQueen », la célèbre voiture de « CARS », imaginée par les studios Pixar en 2006. Et il y est resté fidèle, à l’image de son actuelle 306 Maxi.

RA 2009 - C'était il y a 10 ans pile-poil !... Une image rare (et belle) des 3 autos réunies qui viennent de satisfaire au vérifs techniques. A droite, Mathieu, mister "public relations" du Team - (image d'archive SAO)

 

L’ainé des fistons a pris son envol automobile un beau jour de 1987, d’abord en copilotant papa, à droite dans la Rallye 2, avant d’en prendre le volant en 89. Notons au passage que Laurent boucle en cette année 2019 ses 30 ans de licence FFSA !... Et ça, ce n’est pas du cinéma !...

Michael débutera en 1993, tantôt à gauche, tantôt à droite, mais très vite dans la petite Simca « made in Bellecroix ». Ces deux là se seront bien trouvés. En totale osmose avec l’auto, il se pacsera avec elle, au point de ne la plus quitter, et leur amour partagé dure encore ! Précisons que sa Rallye 3 est une « mémère » de son âge, aussi solide que fiable, une relique qui tient la route et avec laquelle il courra à nouveau ce week-end, 26 ans plus tard !... Venons-en à Mathieu, le joyeux luron de la bande, qui s’offrira un premier départ en course en 2004 au volant d’une Saxo VTS. Ensemble, ils s’amuseront durant une quinzaine d’années, jusqu’à ce que Mathieu se découvre récemment des envies d’autre chose.

Mathieu & Sébastien préparent l'avenir. Pas de rallyes cette année, mais le remontage complet de la future Peugeot 208 F2013 en vue de la saison 2020. Point de moteur dans la caisse encore vide, mais déjà du vert et beaucoup d'espoirs... - (cliché P. Guérin) 

 

Saison blanche pour lui, mais surtout pas noire, car le garçon refait de la couleur (du vert, évidemment !) en se remontant une Peugeot 208 (F2013), histoire de s’offrir un retour musclé à la compète et une belle saison 2020. Je vous parie qu’en 2022, à l’heure de célébrer les 40 balais du boss, l’auto sera au nombre des invités à la fiesta !  Mais aujourd’hui, la future bête de course n’est encore qu’un embryon inerte. A l’abri dans son écrin, la belle écorchée se construit peu à peu. Mathieu la façonne, l’assemble, la bricole, la modifie, l’embellie, la bichonne jusqu’à ce qu’elle se fasse rutilante et ronronnante au sortir de l’hiver... Naissance et baptême sont prévus pour le printemps prochain. Il prépare déjà les dragées.

RA 2007 - Assistance ERS17 à Surgères - Norbert & Michael s'activent autour de la petite Simca qui semble réclâmer quelques soins et un peu de carburant... - (image d'archive SAO)

 

Chez les ETIÉ, le temps est une denrée précieuse. Les heures libres de chacun se passent à l’atelier, à soigner leurs autos, à les améliorer. Entre leur reconstruction, leur préparation et parfois la cicatrisation de leurs bobos, le temps leur parait toujours trop court.

Mathieu dispose des compétences techniques qui lui permettent de concevoir des pièces mécaniques inédites, dénuées de copyright. Leur dessin industriel est ensuite vérifié par Michael, qui valide ; il n’y a plus qu’à fabriquer puis à monter. La complémentarité des 3 frangins est totale si on y ajoute la minutie du grand frère Laurent, menuisier en semaine et expert en « chirurgie plastique » le week-end, sans parler de sa parfaite maitrise dans l’application de la résine. Enfin, tout en expérience et en savoir-faire, Papa Norbert (ancien usineur rectifieur), profite des libertés de sa retraite pour réparer ou façonner les pièces. En fait, il ne manque guère que la pointeuse dans cet atelier suréquipé, sauf qu’ici, on ne compte ni son temps ni sa peine et les dimanches ne sont pas chômés.

RA 2007 - Départ d'ES ; Laurent est "vraiment dedans" !... "Protectrice", sa fille Florine, qui n'a alors que 7 ans, est déjà présente à ses côtés, le nom plaqué sur le rétro. La 306 XSI ira au bout et Laurent & Mario grimperont sur la boite - (image d'archive SAO)

 

Mais ERS17, ce n’est pas qu’une conjugaison collective de mécanique et de vitesse. Au sein du Team, on défend avant tout quelques valeurs humaines qui lui sont fortes : La loyauté sportive (par principe et pour s’éviter des ennuis), le plaisir partagé (tant dans l’auto, qu’avec l’ensemble du Team), l’audace (tant au volant que du point de vue financier !), la solidarité (familiale et l’entraide entre concurrents), la confiance (au sein de l’équipage, en l’assistance), le respect (de l’adversaire, de l’organisation, mais aussi de la planète ; tout cela dans un esprit de liberté), et la simplicité des êtres (discrétion, humour et rester bons perdants). Ils sont vraiment verts de fraicheur, ces garçons là !

Histoire de s’entretenir physiquement, les s’adonnent régulièrement à la pratique du rugby mais uniquement dans les travées de Deflandre, avec un temps fort à la mi-temps (!). Plus sérieusement, ils se livrent de temps en temps et pour de vrai aux joies du foot ou du tennis de table.

RA 2009 - Rencontre furtive sur le parc de regroupement de Surgères. Les 40 minutes permettent à Mathieu, à Franck et à la Saxo VTS de poser pour la postérité... 

 

Pas machos pour deux sous, ils viennent d’introduire un peu de féminité au sein du Team, avec l’arrivée l’an dernier de la toute jeune Florine (19 ans), fille de Laurent et copilote de son paternel sur les Printemps de Bords 2018 et 2019. Privée d’Automne cette année, elle effectuera au cours de la saison prochaine quelques piges avec ses tontons préférés, Michaël et Mathieu, espérant ensuite goûter à l’ivresse mais aussi aux pièges de l’Automne. Mais avant, il faut que papa rafistole et remuscle la 308 revenue toute cabossée du dernier « 12 Travaux ».

Rendez-vous est pris et nous ne manquerons pas, les 6 & 7 novembre 2020, d’être là pour souhaiter à Florine un anniversaire qu’elle fêtera à vitesse grand V, sur un tapis de feuilles mortes, casquée, en combi et road-book en mains ! La ballade trépidente qui lui sera alors proposée n’aura rien d’une classe verte ni d’une douce mise au vert. Florine devrait se souvenir longtemps de la célébration de ses 20 ans. On peut imaginer que son douillet salon de coiffure lui paraitra alors bien loin, très loin même !...

    

RA 2012 et 2017 - Mathieu & Mika tels que vous ne les avez jamais vus, flashés par nos reporters-photgraphes, à quelques secondes du départ de la 1ère étape. Mathieu au volant de sa Saxo VTS (à G) - Parc fermé 2012 (au centre) - Michael au volant de la Rallye III (à D) - (clichés de Mickael Lardeux)

 

Mais revenons au présent. Si ce week-end, Michael sera le seul à s’élancer au départ de cette 62ème édition, avec le fidèle Anthony à ses côtés, Mathieu nous confesse que le bonheur de la fratrie ne sera total que lorsqu’au printemps, les 3 doublettes pourront à nouveau s’aligner ensemble, avec l’ambition non dissimulée de remporter quelques classes en F2000. Il nous avoue même que leur Graal ultime serait, sur une même épreuve, de parvenir un jour à rafler les 3 marches du podium de Groupe F2000 ! Il est heureux que nos porteurs de vert soient également porteurs d’espoirs et de rêves.

Pour les concrétiser, ils ne sont pas seuls. Autour d’eux, les copains comme leurs compagnes et leurs ados sont nombreux à s’investir, à se mobiliser. Annie, Sophie, Sabine et Clémence aident à la mise en place de l’Assistance, gèrent l’intendance, sont là pour encourager et motiver leurs super héros ; peut-être aussi parfois, sont-elles aussi là pour les consoler... Le retraité Norbert s’y colle aussi, vêtu de sa salopette, la clef de 12 à la main ; sa façon à lui d’être dans la course, au service de « ses petits »... La Simca Rallye 3 ; il vous la déshabille les yeux fermés. Il ne la répare pas, il la caresse... Ce n’est plus de la mécanique, c’est de la sensualité à l’état pur ! Une intimité assumée dont Annie, son épouse, ne peut même pas être jalouse.

  

Départs de nuit, pour la 1ère étape, de Laurent sur 306 XSI en 2007 (à G) et de Mathieu sur Saxo VTS en 2010 (à D) pour l'un des instants les plus excitants, les plus attendus depuis des mois... - (images d'archives SAO)

 

Parmi leur garde rapprochée toujours présente, il y a Jean-Philippe, dit « JP », le maitre mécano. Il y a aussi l’ami Valentin, garçon aussi dévoué que déterminé et qui a ce sens inné du relationnel, du bon mot. Il ne faut pas oublier Hervé, le plus jeune « fréro », ou encore Tonton Gilles, les potes David et Flavien qui viennent régulièrement filer le coup de mains... Quelles que soient les conditions, les circonstances, chacun(e) connait sa partition à la note près, apportant sa contribution perso et une touche de valeur ajoutée à la performance du Team, mais aussi quelques fois, quand ça ne sourit pas, sa dose de réconfort... Ici, c’est toute une équipe, toute une famille qui gagne ou qui perd, qui rigole ou qui chiale... Ils ne savent jouer que collectifs.

Et il y a aussi ceux qui "roulent à côté" et dont on ne parle que trop rarement, les copilotes. Anthony AVRILLEAU est de ceux là, lui qui fait figure ici de pièce rapportée et qui est là depuis 2001, toujours sanglé dans le baquet de droite de la Rallye III, régulièrement brinqueballé par Michael, et il aime ça ! Si son berceau de grand enfant souriant est d’un si beau vert, il y est pour quelque chose « Maitre Anthony » artiste peintre auto... Mathieu ose même dire de cet excellent bricoleur agile du pistolet, qu’il aurait « la main verte » ; on se demande bien pourquoi !?...

RA 2017 - Retour au rouge pour Laurent dans cet univers familial teinté de vert !... Commme on le voit, Laurent & Franck crachent des flammes dans la nuit. Ils  termineront 19èmes du scratch et 2èmes de classe - (cliché Nicolas Millet - FR Média Live)

 

Et puis, il y a Sébastien PINAUD, « the navigator reference », qui connait par cœur son job de décodeur de road-book. Associé à Mathieu, il aura marqué de son empreinte le joli parcours de la Saxo VTS durant sa période ERS17. Dans la 306 Maxi rouge, c’est Franck MERCIER qui depuis 2006 dirige la manœuvre. L’homme est passé maitre dans l’art de faire tirer des bords ou de faire réduire la voilure à un Laurent hyper rapide, toujours très combatif et agressif dans son pilotage. Mais désormais, son siège devient un tantinet éjectable, car Florine pousse au portillon... On pourrait aisément soupçonner Laurent d’être superstitieux, lui qui se plait à toucher du bois à longueur de semaines... une pratique qui ne l’aura cependant pas empêché cette saison de froisser quelques pare-chocs et tout l’avant de sa 308... Il sait que les "12 Travaux" vont rîmer pour lui avec travaux...

RA 2017 - Laurent nous démontre ici que la chasse aux dixièmes passe souvent par la trajectoire la plus courte, par la prise de corde... ou comment dépoussiérer son auto en se frottant à une botte de paille... - (cliché Jean-Jacques Brunet)

 

Si le temps qui passe leur est tout aussi fuyant que précieux, le vrai nerf de la guerre reste le budget, le petit euro qui traine ici ou là et qu’il convient de mettre de côté. Ici, tout le monde sait mettre la main à la poche, jeunes et moins jeunes ; on fait avec les moyens du bord, parfois en se privant d’autre chose, en zappant un loisir, en différant un achat, en renonçant à un voyage... Chacun est bien conscient des sacrifices que le sport auto exige. Les garçons ont beau tirer les sonnettes, solliciter des partenaires éventuels, les temps sont durs et ils ont de la concurrence dans cet exercice aussi délicat qu’à l’issue incertaine... Ils se sont heureusement trouvés une petite bouffée d’oxygène avec la fabrication de pièces mécaniques « sur mesures » pour les copains ; c’est là une ressource d’appoint qui reste très occasionnelle mais qui leur fait du bien...

L'emblématique et toujours rutilante Simca Rallye III (de 1973) de Michael et Anthony est fin prête pour s'aligner une nouvelle fois sur l'Automne. Aux dernières nouvelles, il semblerait qu'ils aient déjà trouvé du monde pour assurer leur assistance... - (cliché P. Guérin)

 

Ainsi vont la vie et la passion automobile des trois générations de ETIÉ, forgées et entretenues depuis un demi-siècle exactement (1969-2019) en toute discrétion, tout au fond du jardin paternel, dans des dépendances regorgeant d’outils et de pièces détachées.

Annie et Norbert demeurent les gardiens de ce temple ouvert à qui veut bien venir les rencontrer, mais à chaque fois que s’élance un rallye de Printemps, d’Automne ou d’ailleurs, la maman, sans rien en dire à personne, ne cède au sommeil qu’après avoir salué le passage en coup d'vent de sa marmaille casquée, gantée et harnachée. Elle ne retrouvera calme et quiétude que lorsque tout son petit monde sera bien rentré au bercail, une fois la ligne d’arrivée franchie... Ce week-end de mi-novembre, ils seront un peu moins stressés, car seul leur Michael s’en ira défier l’asphalte automnal de notre aunisienne contrée. Mais sitôt l’ultime CH pointé, le garçon n’oubliera pas de dire à Maman que tout s’est bien passé. Demain alors, un nouveau jour pourra se lever et la saga ERS17 passionnément et sportivement se prolonger...

                                                                                                                                     Patrick GUERIN - SAO - vendredi 25 octobre 2019

Une institution à perpétuer

Le Rallye d’Automne est une institution et les Maires de La Rochelle qui depuis 1953 se sont succédés, se sont toujours plus à rappeler combien l’épreuve automobile était et reste inscrite au patrimoine sportif de la cité comme à celui de la CDA et du Département.

L’équipe actuelle du Sport Automobile Océan, présidée par Jérôme PIQUENOT, est l’heureuse héritière de ce capital, de cet incontournable rendez-vous sportif qui, en ces 15 et 16 novembre 2019, va vivre sa 62ème édition. Ce sera pour nous tous un moment d’autant plus fort que l’édition 2018 avait due être annulée, suite à des mouvements sociaux de grande ampleur à travers le pays.

  RA 2019 - En 2017, sur le podium, Paul FLOGEAC, Directeur du Centre Leclerc de Lagord et partenaire historique de l'Automne, avait donné le départ aux principaux favoris, en présence de Jean-François FOUNTAINE, Maire de La Rochelle - (cliché P. Guérin)

L’équipe rochelaise est également très fière de perpétuer cette notoriété historique et d’entretenir la légende de l’Automne, d’un rallye qui, du haut de ses 66 ans, atteint  aujourd’hui la maturité d’un sénior. Mais que l’on se rassure, « Papy Automne » se porte bien, au point de se soucier de son avenir et de le préparer en s’ouvrant dès aujourd’hui aux voitures à énergies nouvelles (EN) !

Les concurrents, les partenaires, les officiels, les bénévoles comme son fidèle public vont pouvoir le vérifier en retrouvant deux jours durant toute la rigueur sportive de l’épreuve rochelaise, mais aussi sa convivialité, sa dimension festive et la qualité de son accueil, avec le grand bonheur de pouvoir évoluer dans un écrin toujours aussi prestigieux, celui du Port de La Rochelle et de ses Bassins.

RA 2019 - Après s'être longtemps installé sur l'Esplanade St-Jean d'Acre, le Rallye d'Automne bénéficie toujours d'un écrin magnifique pour son aire de départ, désormais sur l'Esplanade Eric Tabarly, autour du Bassin des Chalutiers - (cliché Cédric Travert)

Pour autant, on ne se sera pas contenté de faire un simple copier/coller de l’édition 2017. Si la devise du SAO est bien de s’appuyer sur ses acquis et sur les points forts de son organisation, l’ASA ambitionne toujours de faire évoluer son épreuve. L’Automne doit être un savant dosage de continuité et d’innovation. Si nous sommes parfois soumis à quelques évolutions incontournables ou règlementaires (en matière de sécurité notamment), nous savons également nous imposer des innovations fortes, destinées à maintenir l’attractivité sportive du rallye, soit par le tracé de nouvelles ES soit par l’ouverture à de nouvelles disciplines. Et il y aura du nouveau cette année !

RA 2019 - Régionaux de l'étape, Samuel BEZINAUD & Nico BARBIER avaient fait le spectacle en 2017. A J-22, la grande question est de savoir s'ils seront à nouveau présents cette année. Il parait que Samuel fait encore de la mécanique... - (cliché Rudy Méreau)

Une édition qui s’appuie d'abord sur ses acquis

En 2019, la tradition sera maintenue avec tout d’abord, le jeudi 14, une séance d’essai du côté de Fouras, à nouveau proposée aux concurrents qui souhaiteront peaufiner leurs derniers réglages. Tradition encore avec le vendredi soir une 1ère étape en guise de prologue, avec ses deux habituelles ES d’Aigrefeuille (version courte de 8,460 km) et ES « St-Médard – Ste-Soulle » (11,510 km). Fidèle à ses exigences de sécurité, le SAO mettra à nouveau en place sur chacun des 11 chronos un dispositif technique allant bien au delà des règles FFSA imposées (RTS, règles techniques de sécurité).

RA 2019 - L'Automne est fier de compter un Public fidèle et passionné. Fort heureusement, celui-ci se montre généralement très discipliné en se positionnant derrière la rubalise verte... et rien que là !... - (cliché Rudy Méreau)

Voilà qui nous donne l’occasion de rappeler au public désireux de se rendre sur les ES qu’il devra impérativement se positionner dans les « zones public » matérialisées par de la rubalise verte. Tout autre emplacement lui sera formellement interdit !... Et n’oublions pas que depuis 3 ans maintenant, les forces de l’ordre sont habilitées à verbaliser tout spectateur qui ne respectera pas les consignes données par les commissaires de route ou qui sont décrites dans le dispositif de sécurité. Pour ce qui nous concerne, nous tenons à ce que l’Automne reste bien le rallye des « feuilles mortes » et non celui des « prunes amères »...

L’un des atouts essentiels de l’organisation est l’attachement de ses partenaires, un attachement qui se manifeste par une très longue fidélité de leur part, qu’ils soient institutionnels (Villes, Communautés de Communes, Département) ou qu’ils soient économiques et associatifs. Notons que certains d’entre eux sont présents à nos côtés depuis plus de 30 ans ! C’est ici l’occasion de leur adresser un immense merci, car sans eux, point d’Automne !...

RA 2019 - Un alignement "renversant" d'autos en parc fermé habillé des couleurs de nos partenaires - (cliché Jean-Jacques Brunet)

Fidèle parmi les fidèles, la Ville de Surgères nous accueillera une nouvelle fois le samedi, comme depuis une vingtaine d’années maintenant, mais plus sur la Place du Château, récemment réaménagée. Un très court parc de regroupement (de 5 minutes !) se tiendra sur la Place de l’Europe. 3 rotations sont prévues : La première à partir de 10h13, la seconde à partir de 15h32. En soirée, un troisième passage par le centre-ville commencera à partir de 20h31. Enfin, à 21h59, la Cité d’Hélène célébrera l’habituel temps fort que constitue l’arrivée finale des concurrents du 20ème Automne VHC, avec sa traditionnelle remise des prix (avec pétillant à la clef !), un vrai moment de bonheur partagé entre tous et très apprécié du public. Tout au long de la journée, une liaison avec le PC course nous permettra, depuis le podium de la Communauté de Communes Aunis Sud, de suivre les classements, souvent riches de rebondissements !...

RA 2019 - Habituellement blotti aux pieds des remparts de Surgères, le parc de regroupement de l'Automne sera légèrement déplacé (sur la Place de l'Europe), suite aux travaux de réaménagement de la Place du Château - (cliché Patrick Guérin)

Le samedi, le ravitaillement en carburant, dit « refouling », se fera également sur Surgères. Le Centre Leclerc, fidèle partenaire de l’organisation, mettra sa station services à la disposition des concurrents.

Zoom sur La Rochelle : Comme les années précédentes, le Parc d’Assistance sera installé au Port des Minimes et les départs du vendredi (1ère étape) comme du samedi (2ème étape) seront donnés sur l’Esplanade Eric Tabarly, entre l’Aquarium et le Bassin des Chalutiers.

Samedi soir, sur cette même Esplanade et à compter de 23h41, le retour des « rescapés » ENRS, Modernes, et VHRS (dans cet ordre précis) se révèlera particulièrement spectaculaire avec pour la toute première fois à l’Automne, la remise des prix sur le podium d’arrivée !...

RA 2019 - Lors de la dernière édition, les Skoda Fabia R5 avaient trusté les places d'honneur à l'arrivé de la 61ème édition de l'Automne. En sera t-il de même cette année, avec la présence confirmée de WRC...? - (cliché Jean-Baptiste Lassaux) 

Des innovations sur le routier

Même si la chose n’est guère aisée, il est important, pour ne pas dire essentiel, d’apporter régulièrement quelques innovations au parcours chronométré.

C’est ainsi que les fidèles copilotes de l’Automne qui avaient soigneusement conservé leurs notes sur l’ES de Genouillé, devront revoir leur copie, car l’épreuve de 17,720 km, qui sera à parcourir 3 fois, a été remaniée. Avec de nouveaux tronçons jusque là inédits, ce grand classique de l’Automne se devra d’être retravaillé soigneusement durant les 3 passages de « recos » autorisés !...

Découverte également à l’heure d’aborder l’ES de la Trézence, même si l’endroit ne manquera pas de rappeler quelques vieux souvenirs à certains... Ce tout nouveau chrono, long de 13,540 km, saura se montrer à la fois très technique, rapide parfois... et non dénué de pièges.

A noter cette année que les vérifications administratives et techniques du vendredi se tiendront sur le site même du Parc Fermé, Esplanade Eric Tabarly, près du Bassin des Chalutiers.

RA 2019 - L'espace d'un week-end, l'Esplanade Eric Tabarly voit les bateaux du Bassin des Chalutiers cohabiter très pacifiquement avec les bolides de l'Automne. Ici, le Parc fermé de l'édition 2016 - (cliché Jean-Baptiste Lassaux)

Le VHRS et le ENRS font leur entrée à l’Automne !

Si le Sport Auto est connu pour ses incessantes évolutions, ses pratiques s’élargissent, notamment en direction des disciplines qualifiées de « plus douces » et de « plus propres et silencieuses ». Ainsi, il ne nous a pas échappé que les épreuves ouvertes aux autos de « Monsieur tout le monde », c'est-à-dire dénuées d’équipements spécifiques (arceaux de sécurité, sièges homologués, renforts divers) connaissent un succès grandissant. Il était important de répondre à l’attente de tous les passionnés qui rêvent de pouvoir un jour s’affronter sportivement mais sur un autre terrain que celui de la vitesse pure.

Voilà qui explique l’apparition sur cet Automne 2019 (comme ce fut le cas sur les Printemps de Bords 2018 et 2019) de la toute 1ère édition VHRS (Véhicules Historiques en Régularité Sportive) et de la 1ère édition ENRS (Véhicules à Energies Nouvelles en Régularité Sportive). Mais de quoi s’agit-il exactement ?...

RA 2019 - Notre Printemps de Bords VHRS nous a déjà réservé de belles surprises, avec la présence d'autos rarissimes. Elles donnent une toute autre dimension à la discipline. Ici, la Chevrolet Corvair Monza de Bernard SARRAZIN - (cliché Patrick Guérin)

Dans l’épreuve VHRS, 3 catégories d’autos pourront s’aligner, donnant lieu pour chacune d’elles à un classement spécifique (se reporter à son règlement, article 4) :

- REGULARITE HISTORIQUE : voitures éligibles (périodes et classes) jusqu’au 31/12/1990.

- REGULARITE TOURISME : voitures de série de plus de 25 ans.

- REGULARITE GRAND TOURISME : voitures de grand tourisme de série de plus de 25 ans.

1er Rallye d’Automne ENRS : Seront autorisées les catégories de véhicules suivantes : Hybride, Electrique et Proto.

RA ENRS 2019 - Les voitures hybrides ont déjà prouvé leur motricité et leur parfaite fiabilité lors de plusieurs éditions du Rallye Energies Nouvelles de Châtelaillon-Plage. Ici, une Toyota Prius au départ de la 2ème étape en 2018 - (cliché Patrick Guérin)

Lors de son engagement, chaque équipage VHRS et ENRS aura précisé son choix en matière de moyenne (haute, moyenne ou basse) parmi les trois possibles (mais sans en connaitre à l’avance les valeurs précises). Il lui faudra ensuite, tout au long des secteurs de régularité sportive, s’employer à respecter l’allure imposée, à la seconde près et ce de façon continue, sans quoi les pénalités leur tomberont sur la tête comme une grêle automnale...

Les prises de mesures (chronométrage) seront aussi indétectables que précises avec le système de géo-localisation VDS Racing (homologué FFSA), un transpondeur GPS miniature connecté étant installé dans chaque auto. Toutes les conditions seront donc réunies pour que les concurrents VHRS et ENRS se livrent avec rigueur et application à la pratique de « la vitesse maitrisée ». Si cela peut paraitre fort simple pour le profane, il en est tout autrement pour qui s’y adonne... La « Régularité Sportive » est une authentique discipline du sport automobile.

RA ENRS 2019 - Les voitures électriques sont désormais habituées à parcourir des étapes de Régularité longues de 200 km et plus. Ici, une Volkswagen Up engagée sur le Rallye Energies Nouvelles de Châtelaillon-Plage 2018 - (cliché Patrick Guérin)

Les équipages VHRS et ENRS bénéficieront des routes fermées et sécurisées des 5 ES pour y disputer les « secteurs de régularité sportive » (au nombre de 10 pour les VHRS et de 6 pour les ENRS). Rappelons que sur le routier reliant les différents secteurs de régularité entre eux, les équipages VHRS et ENRS devront, comme tous les autres concurrents de l’Automne, respecter les règles du code de la route. Ordre de départ des 4 épreuves : VHC – Modernes – ENRS - VHRS. Faites maintenant votre choix... et bon(s) rallye(s) à toutes et tous !

                                                                                                                                               Patrick GUERIN – SAO – 22 octobre 2019

 

Humm, ça promet !... En ce 23 octobre (engagements en cours), ils sont déjà 80 « Modernes » à avoir composté leur dossier... et il y a déjà « du très lourd » !  Au moins 3 anciens vainqueurs seront là : Bertrand PIERRAT (2009) qui pour l’occasion retrouvera Aurélia CHEVALIER à ses côtés (Porsche 997 GT3), Eric BRUNSON (2015), au volant d’une Ford Fiesta WRC (A8W) et bien sûr Nico HERNANDEZ, le tenant du titre, qui revient sur sa Skoda Fabia R5 pour tenter le doublé.

RA 2019 - Qui sera en mesure d'empêcher Nicolas HERNANDEZ et sa Skoda Fabia R5 de réaliser le doublé, après sa victoire en 2017 ? - (cliché Jean-Baptiste Lassaux)

Si l’on ajoute à ses favoris désignés le Team FJ, avec Jérôme GALPIN (déjà 4 fois vainqueur ici) et Pierre ROCHÉ (Skoda Fabia R5) qui sont annoncés partants, on assistera à un véritable combat de gladiateurs. Cerises sur le gâteau, Bruno LONGÉPÉ (1er de la Finale 2014), Xavier LEMONNIER (lauréat en 2011 et 2012) et Stéphane PUSTELNIK (vainqueur en 2001) sont également attendus.

RA 2019 - L'édition 2015 avait été dominée par Eric BRUNSON. Il revient cette année au volant d'une surpuissante Ford Fiesta WRC (A8W), certainement pas pour faire de la figuration...

Outre celle de Nico, plusieurs autres Skoda Fabia R5 seront au départ, notamment celles de Mickaël FAUCHER et de Denis MILLET. Toujours en R5, il faudra compter sur Yann CLAIRAY (Citroën C3) et sur Jérôme VAUCEL (DS3).

RA 2019 - Lors de la 54ème édition, en 2009, Bertrand PIERRAT, déjà associé à Aurélia CHEVALIER, l'avait emporté. 10 ans plus tard, il nous revient des Vosges, toujours copiloté par Aurélia, pour tenter la passe de 2... mais la concurrence sera rude...

Les outsiders seront légion, avec Thierry LANDAIS, Thierry BOISDRON ou encore le local Romuald LEZEAU, tous sur Clio R3. N’oublions pas non plus Romain MOULON, sur sa Citroën DS3 Max. En R2, nous relèverons avec grand plaisir la présence de Jean-Sébastien VIGION (sur Renault Twingo).

RA 2019 - Retour sur l'édition 2017 avec, sur le Place du Château à Surgères, cet échange sympa entre Jérôme GALPIN (qui terminera second) et Nico HERNANDEZ qui, après l'abandon surprise de BEAUBELIQUE, s'imposera - (cliché Patrick Guérin)

Grosse bagarre en perspective en F2/14 avec déjà 12 équipages recensés. Parmi eux, nous citerons le fidèle Philippe RAGEAU, Même combat en F2/13 avec plus de 10 prétendants déclarés ; on pense à Lionel MESNAGER (3ème du scratch en 2016), à Thibault MULON ou encore aux frangins DELON, Thomas et Benoit.

RA 2019 - Stéphane PUSTELNIK s'était imposé en 2001. En 2015, il s'offrant la 3ème place du scratch. L'indestructible Stéphane est annoncé (sur ses roues !)... mais viendra t-il avec l'espoir d'un second succès, 18 ans plus tard ?... - (cliché Rudy Méreau)

Nos talentueux régionaux ne devraient pas être en reste : Mathias De SOUSA est quasi certain... et peut-être aussi Samuel BEZINAUD, si Samuel a le temps de remonter son auto. Le Team ERS17 de la famille ETIÉ sera bien présent, avec Laurent sur Peugeot 306 XSI et Michaël, sur son ancestrale et indestructible Simca Rallye 3 (de 1975). Enfin, on se régalera avec de très belles autos, telles la Porsche Cayman S de Luc & Antoine GELLUSSEAU, la Mitsu Lancer Evo 8 d’Antonin BONNARD ou encore la Subaru Impreza WRX de Daniel PEDENEAU.

RA-VHC 2019 -  Lors de sa première apparition sur l'Automne VHC en 2016, La Ford Capri de Renaud DESMEREAU avait ravi le public... On est heureux de retrouver cette belle auto, mais cette fois avec Geoffrey au volant...  - (cliché Jean-Baptiste Lassaux)

Côté VHC, parmi les 25 équipages déjà inscrits, on suivra de près le combat des chefs entre Pierrick CHAUVEL (Porsche 911 SC), Bruno MAINGUET (Alpine A310 V6), David CASTERA (Ford Sierra Cosworth 4x4) et Geoffrey DESMEREAU (Ford Capri 2600 RS). A suivre également Eric JUBERT (Ford Sierra Cosworth 4x4) et les fidèles Patrick & Clément CALVET (Ford ESCORT RS 2000).

RA-VHC 2019 - Depuis 2011 et nos finales de Coupe de France, Patrick & Clément CALVET reviennent régulièrement sur notre épreuve. Ils seront à nouveau présents avec leur magnifique Ford Escort RS 2000 -  (cliché Jean-Jacques Brunet)

Enfin, pour trancher avec la présentation de ces grandissimes favoris, nous adresserons un amical clin d’œil à l’attention d’un équipage qui nous viendra d’Angoulême et qui s’alignera à son tout premier rallye VHC. Après avoir couru son dernier Automne (moderne) il y a 40 ans tout juste, Christian SAFFIER de BARD vient ici inaugurer sa très belle et rarissime Audi 80 GTE (de 1976), entièrement remontée de ses mains.

RA-VHC 2019 - Il sera l'un des bizuths parmi les VHC et ne sera pas en bagarre pour la victoire finale, mais 40 ans après son dernier Automne couru en moderne, Christian SAFFIER de BARD revient après au volant d'une Audi 80 GTE reconstruite de ses mains !...

Pour son retour à la compétition, Christian sera navigué par son fils, Rodolphe, mais sans penser du tout à une quelconque performance. Leur seul et unique objectif sera de rallier Surgères samedi soir, sur les coups de 22h15... Ils espèrent alors que leur belle et respectable « orange » aura rendu tout son jus, sans avoir connu de pépins...

                                                                                                                                   Patrick GUERIN – SAO – mercredi 23 octobre 2019

PS : Cet article est susceptible d'évoluer en fonction des engagements à venir...

 

Contacts Informations

Sport Auto Ocean.
1, rue Gaspard Monge
17000 La Rochelle
Tel: 05.46. 44. 23. 23